Investie avec passion dans son métier, Hélène intervient dans différents domaines. Dont le vendredi après-midi, consacré aux courses et à la promenade d'une nonagénaire, madame Tillot, de La Clayette :

     " Le centre-ville n'était pas très loin. Ils se garèrent sous les arbres, le long du plan d'eau, en face du majestueux château. La grand-mère aimait cet endroit tranquille, une allée sablée bordée de part et d'autre de platanes sèchement taillés, et que la route séparait des maisons de la ville. Bras dessus, bras dessous, madame Tillot s'aidant de sa canne, elles parcouraient une partie des quelque mille mètres de trajet en fonction de la météo et de la fatigue de la vieille dame..."

     Une promenade qui s'achève par une proposition de madame Tillot :

   " Si vous voulez, on va passer en ville chercher des gâteaux. Avec le café que je vous préparerai à la maison, ça conviendra très bien..."

   Une pâtisserie où la serveuse, une grande fille blonde, les reçoit avec courtoisie :

   " Bonjour, Colette, dit la grand-mère, les chocolats sont-ils bons aujourd'hui ?

    - Mais comme toujours, madame Tillot, répondit-elle avec aplomb. Est-ce que c'est l'habitude de la maison de décevoir la clientèle ?

    La grand-mère avait déjà le nez penché sur la vitrine. Hélène observa la serveuse et il lui revint en mémoire la conversation qu'elle avait eue en début de semaine à Saint-Bonnet. "Cette femme qui est brouillée avec sa famille, elle travaille dans une pâtisserie, pensa-t-elle. Et elle se prénomme Colette. C'est elle."

   Progressivement, la conversation s'anime et Colette se livre :

   "De temps en temps, je participe à des cours de chocolat pas loin d'ici. En quatre heures, ils vous apprennent tout. Ca m'aide pour mon travail également.

    - Vraiment ?

    - C'est comme je vous le dis. Ca vous intéresserait ?

    - Ben...

    - Rien de plus facile ! Les cours ont lieu le premier mercredi de chaque mois."

     Hélène va-t-elle se laisser tenter ?