Louis emmène Bruno à la pêche à l'épervier, en Loire.

   " Il sortit l'engin de pêche. C'était un filet de forme conique, d'une hauteur avoisinant le mètre et demi, constitué de mailles fines d'à peine un centimètre. La base, formant un large cercle, s'alourdissait de bagues de plomb de quelques dizaines de grammes à l'unité, fixées à intervalles réguliers et rapprochés. Il pouvait bien peser une dizaine de kilos.................... A la distance voulue, Louis s'immobilisa et vérifia une dernière fois l'installation sur l'épaule. Tournant le corps vers la gauche pour prendre de l'élan, la main droite toujours agrippée aux plis, il lança brusquement l'épervier devant lui, qui, en se déployant largement, coiffa la surface formée par le rond plombé. Immédiatement, le bruissement provoqué par la nuée de flèches argentées qui se fichèrent dans les mailles confirma la réussite de l'opération......"

   Et quelques centaines de mètres plus loin, coup de théâtre : Bruno s'approche de l'eau, en contrebas du Pré Rongé.

" - Louis, viens voir ! continua-t-il. On dirait des roues de voiture.

    - Mais... t'as raison ! Attends-moi là, je vais voir un peu plus loin, je ne risque rien.

   Il descendit lestement et, accroché à une grosse racine, penché en avant, il jugea :

   - C'est bien une voiture ! Et elle est rouge ! Comme celle qu'avait le Joseph... Boudiou !

   Il grimpa sur le pré, récupéra la caisse, blanc comme un linge :

   - Allons, mon vieux. Nous n'avons plus qu'une chose à faire : prévenir la gendarmerie. La partie de pêche est terminée..... "

      Vous désirez connaître la suite et le dénouement ? Vous le saurez en vous procurant le livre selon les conditions indiquées dans la catégorie "pour commander les livres".